étiquetage nutritionnel conseils nutrition manger mieux fleury michon saumon oseille riz basmati plat cuisinés
Barbara Bidan Fleury Michon

Les clés pour (enfin) comprendre l'étiquetage nutritionnel

Valeur énergétique, teneur en matières grasses, acides gras saturés, glucides, sucres, protéines et sel... L'étiquetage nutritionnel est peut-être pour vous un mystère ? Nous allons l’élucider ensemble.

Les clés pour déchiffrer l’étiquetage nutritionnel

Présent sur la plupart des aliments, l’étiquetage nutritionnel se présente sous forme d’un tableau dont le rôle est de décrire la composition nutritionnelle des produits. Vous vous demandez comment le déchiffrer ? Voici les réponses à vos questions ! 

étiquetage nutritionnel nutrition conseils manger mieux plats cuisinés fleury michon

Il y a quoi dans ce tableau ?

On y retrouve les quantités des principaux nutriments qui apportent de l’énergie (les matières grasses, les glucides et les protéines), les acides gras saturés qui sont une sous-catégorie de matières grasses, les sucres qui sont une sous-catégorie des glucides, ainsi que la quantité de sel.

En première ligne du tableau, la valeur énergétique représente la quantité d’énergie apportée par le produit : celle-ci s’exprime en kilocalories (« kcal »).

étiquetage nutritionnel nutrition conseils manger mieux fleury michon

Les AQR, qu'est-ce que c’est ?

Les AQR – Apports Quotidiens Recommandés – sont les quantités nécessaires pour satisfaire les besoins nutritionnels d’une journée d'un adulte ayant une activité modérée (soit environ 2 000 kcal / jour).

La colonne « % AQR » indique pour chaque nutriment la part des besoins couverts par une portion du produit.

Par exemple, ce produit couvre 30% de vos besoins en énergie pour la journée.

étiquetage nutritionnel sel matières grasses conseils nutrition manger mieux fleury michon

Je regarde quoi en priorité ?

En fonction de chaque catégorie d’aliments, les points d’attention sont différents : par exemple pour les biscuits et gâteaux, il est intéressant de regarder la quantité de matières grasses et de sucres. Dans le cas des plats cuisinés, mieux vaut jeter un coup d’œil en priorité aux quantités de matières grasses et de sel :

  • Si le plat contient plus de 10g de matières grasses pour 100g, sa consommation doit rester occasionnelle. La quantité de matières grasses doit également idéalement être inférieure à celle de protéines.
  • A moins d’1g de sel pour 100g, le plat peut être considéré comme raisonnablement salé.

En savoir plus : consultez les fiches conseils « identifier un produit trop salé » et « identifier un produit trop gras »

génération manger mieux convictions fleury michon

Nos convictions

Parce que nous n’avons rien à cacher, Fleury Michon vous invite à venir vérifier par vous-même ce que nous mettons déjà en œuvre pour vous aider à manger mieux.

Des questions sans réponse?

Cet article ne répond pas à toutes vos questions ?

Barbara répond à toutes vos questions nutrition.